Menu
Page Dossier
Test du Razer Panthera : L'outsider qui sait se défendre
Test du Razer Panthera : L'outsider qui sait se défendre
PC PS4 ONE Switch PS3 360 Android
Partager sur :
Profil de oliveroidubocal
L'avis de oliveroidubocal
MP
Twitter
Rédaction 100kwiz.com
07 juin 2017 à 10:12:29
17/20
Test du Razer Panthera : L'outsider qui sait se défendreRECHERCHER SUR AMAZONTest du Razer Panthera : L'outsider qui sait se défendreRECHERCHER SUR LDLC.COMTest du Razer Panthera : L'outsider qui sait se défendreRECHERCHER SUR MAT.NETTest du Razer Panthera : L'outsider qui sait se défendreRECHERCHER SUR PMINISTER
Spécifications
Compatibilité : PS4, PS3, Windows (HID et Xinput) / Joystick : Sanwa JLF-TP-8YT / Type de boutons d’action : Sanwa OBSF30 - OBSF24 / Nombre de boutons d’action : 8+2 / Connexion : USB sur câble vissé en Mini-DIN 5 / Mode Turbo : Non / Mécanisme d'ouverture : oui, via bouton en façade / Poids : 3,4kg (3,5kg avec le câble) / Dimensions : 38,7 x 27 x 7,5 cm (sans stick et boutons) / Prix moyen constaté (06/2017) : 250 €

Sur le marché des sticks arcade, Razer n’a pas encore imprimé sa marque sur les joueurs, du moins pas au même titre que Mad Catz ou Hori. Le fabricant californien n’en est cependant pas à son coup d’essai et nous offre ici une révision de son modèle Atrox pour Xbox 360, cette fois destinée aux consoles Sony. Du haut de gamme de compétition donc, mais il reste à voir si cet outsider en a assez dans les tripes pour qu’on le préfère aux ténors du genre.

Une dominance du bleu en lieu et place du vert, des boutons qui troquent leur couleur pour un noir plus discret, et un panel de contrôles qui vient se placer au centre plutôt qu’à gauche, voilà les rares différences qui, au premier abord, permettent de distinguer le Panthera de son prédécesseur, l'Atrox. Pour ce qui est du boîtier, on conserve donc des dimensions assez larges, très proche du TE2+, avec notamment une épaisseur de plus de 7 cm. De quoi laisser de la place à l’intérieur pour s’adonner à la modification à outrance, domaine dans lequel les joysticks de Razer offrent de grandes possibilités. D'ailleurs, pour accéder aux organes internes de la bête, pas besoin d’outils puisqu’il suffit d’appuyer sur le large bouton central de la façade avant, puis de basculer le panneau supérieur vers l’arrière.

Test du Razer Panthera : L'outsider qui sait se défendre

En termes de garantie, la règle chez Razer est assez simple. Vous pouvez bricoler le stick et les boutons à volonté, mais interdiction de toucher à la carte de gestion qui assure la communication avec la console ou l’ordinateur. Le câblage simplifie d’ailleurs grandement les différentes opérations avec un code couleur pour chaque bouton et un connecteur standard pour le joystick. On trouve même à l’intérieur un double tournevis plat/cruciforme pour le démontage du stick et une boule en forme de poire pour remplacer celle d’origine. Mieux, le fond du boîtier est recouvert d’une structure en nid d’abeille prévue pour accueillir les différentes vis des modules que vous pourriez ajouter pour augmenter la compatibilité de votre accessoire. Et pour couronner le tout, un vérin pneumatique assure une ouverture et une fermeture tout en douceur. Rien à dire, c’est beau et ça incite clairement au bricolage.

Razer a d’ailleurs grandement amélioré la fermeté de l’ensemble. Si le fermoir n’offre malheureusement pas une stabilité du plateau aussi élevée que sur un Mad Catz TES+ ou un Hori RAP VLX, elle surpasse légèrement celle du Mad Catz TE2+, pour un résultat impeccable en jeu. Mais cette amélioration, due notamment à une révision de la double plaque supérieure, a un impact sur les possibilités de modification esthétique du joystick. En effet, la vitre en plexiglas qui protège le design original est désormais collée à la plaque métallique, et non vissée sur elle comme pour l’Atrox, rendant toute opération de customisation à la fois très difficile et risquée. De quoi décevoir les joueurs qui espéraient se faire un modèle vraiment unique, surtout que le dessin de base a clairement de quoi diviser. A cela, on ajoutera que la surface où l’on pose ses paume est vraiment très brillante et se pose ainsi en parfait lieu d’accueil pour les traces de doigts. Chiffon obligatoire donc, si l’on ne veut pas passer pour un gros crado.

Test du Razer Panthera : L'outsider qui sait se défendre

Sur la partie fonctionnelle, le Panthera joue la carte de la sécurité en proposant des composants de marque Sanwa, identiques à ceux de ses concurrents chez Mad Catz et montés selon une configuration standard Vewlix à 8 boutons, le tout sur un châssis en métal, évidemment. Le résultat est conforme à ce que l’on est en droit d’attendre à ce niveau de prix, avec un toucher à la fois confortable et réactif, tout à fait comparable à un TE2+. La course des boutons dépasse à peine le millimètre, avec un ressort offrant un retour rapide et sec, idéal pour les frappes multiples. Quant au stick, un Sanwa JLF-TP-8YT, il est à la fois précis et doté d’un bon retour au centre. On notera tout de même la position des touches Options et Share (ou Start et Select en mode PS3) qui viennent se placer sur la face droite du joystick, avec une possibilité d’appui non-intentionnel plus élevée que chez Mad Catz où les boutons sont à l’arrière. Il est néanmoins possible de désactiver ces touches à l’aide d’un interrupteur situé sur le panneau de contrôle.

Ce dernier offre d’ailleurs tout le nécessaire pour jouer à l’intégralité des titres, ou du moins ceux adaptés à un stick arcade, sur PS3 et PS4. En plus des touches classiques Playstation, on profite d’un sélecteur de mode pour passer le joystick du D-Pad aux stick analogiques, ainsi que d’une surface tactile comme sur les manettes PS4. Les touches L3 et R3 (correspondant aux clics de sticks sur la manette) sont aussi présents sous la forme de petits boutons. Il ne manque au final qu’un mode turbo, utile pour la pratique de shoot'em up, ainsi qu’une prise micro-casque, comme trop souvent avec ce type d’accessoire. Quant à la compatibilité sur PC Windows, le Panthera s’en sort désormais grâce à un pilote signé Razer, qui lui permet de se faire passer pour une manette Xbox 360 lorsque l’interrupteur est en mode PS4. Le résultat est convaincant avec la totalité des titres testés, sans utilisation de logiciel tiers. Le mode PS3, qui implique une communication en Direct Input, permet quant à lui une utilisation du joystick sur la plupart des plateformes ouvertes.

Test du Razer Panthera : L'outsider qui sait se défendreTest du Razer Panthera : L'outsider qui sait se défendre

Pour terminer, nous notons que le connecteur du câble USB profite ici d’une grande amélioration par rapport à l’Atrox, avec un mini-DIN 5 à vis comme sur le TE2+ de Mad Catz. Juste dommage que celui ci sorte autant du boîtier, augmentant de fait les risques de casse. Un défaut que le Panthera partage d’ailleurs avec son concurrent.

En conclusion, ce Panthera se montre à la hauteur des attentes sur les points les plus importants, à savoir le confort, la qualité de ses éléments, la compatibilité multi-plateformes et les possibilités d’évolution. Il ne pêche au final que sur de petits détails, dont la regrettable impossibilité de personnaliser son plateau. Mais à moins que l’esthétique soit d’une importance primordiale, il n’y a pas là de quoi effacer les très nombreuses qualités de ce matériel. Razer signe donc ici un excellent joystick, clairement taillé pour la compétition, et qui fait dignement face à ses principaux rivaux, chez Hori comme chez Mad Catz.

Les notes
+Points positifs
  • Confortable et très stable
  • Beau niveau d’équipement, sans compromis
  • Les possibilités d’évolution avec un large boîtier bien organisé
  • Un haut niveau de compatibilité sur de nombreuses plateformes
  • Le pommeau en poire et les outils inclus dans le boîtier
-Points négatifs
  • Surface brillante sans possibilité de personnalisation
  • Pas de mode turbo
  • Le connecteur DIN trop proéminent
Profil de oliveroidubocal
L'avis de oliveroidubocal
MP
Twitter
Rédaction 100kwiz.com
07 juin 2017 à 10:12:29
17/20
Mis à jour le 25/11/2018

COMMENTAIRES


Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Pseudo supprimé
le 25 sept. 2017 à 19:17

J'arrive vraiment pas à comprendre en revanche pourquoi il est à 17 et pas 18 pour le TE2+ ou autre sachant qu'ils sont dans la même gamme de qualité. Pourriez-vous (je m'adresse à l'auteur du top) expliciter votre critère méthodologique de notation ? Merci beaucoup en tout cas pour ces tests :-)

Lire la suite...
shadmure92
shadmure92
MP
le 31 juil. 2017 à 20:52

A rajouter, tout à fait modable pour les bricolos.

Le plexy sort parfaitement à l'air chaud...

Et il possible de trouver un plexy transparent vissable très facilement sur le web.

http://www.noelshack.com/2017-31-1-1501527310-c-ikdriwsaa3fkm.jpg =Ps4

http://www.noelshack.com/2017-31-1-1501527404-c-ij9cixcaap30x.jpg = Xbox one

Lire la suite...
Commentaire édité 31 juil. 2017, 20:57 par shadmure92
powertaff
powertaff
MP
le 08 juin 2017 à 12:03

Pas modable, pas de turbo et pour 250€? Hé ben 18/20 pour l'arnaque.
100€ un hori pro kai 4 si jamais et en neuf.
Il a la même note que le razer et lesmad catz c'est ça qui est affligeant.

Lire la suite...
SOMMAIRE

Test du Razer Panthera : L'outsider qui sait se défendre

100kwiz.com